LAND ART BONFOL

LE PROJET

Par la réalisation d’une œuvre magistrale liant architecture, nature, culture et histoire, le projet Land Art souhaite faire de cet endroit de passage un lieu de mémoire et de réflexion, un lieu de vie et de détente, un lieu de résilience et d’accomplissement.

Sur les 2 hectares du site de l’ancienne décharge industrielle de Bonfol, le projet ambitionne d’aménager un lieu :

  • de mémoire,
  • de transmission et d’apprentissage,
  • de création artistique et de partage,
  • de réflexion et de ressourcement.

Un espace dessiné par Mario Botta avec :

  • un arboretum évolutif sous la forme d’une “forêt jardinée”
  • deux grands cercles de chênes de 400 m de circonférence
  • un labyrinthe végétal
  • un mur-pont
  • une tour panoramique de 40 mètres.

Le mur-pont

D’un mur qui sépare, nous réalisons un pont qui unit. Situé sur la ligne de partage des eaux Rhin-Rhône, il devient l’emblème de la transformation du site. Telle une cicatrice assumée sur le territoire, il devient une force, un atout pour permettre la prise de conscience souhaitée par le projet : Rien n’est définitivement perdu ! Tout peut changer, pour un accomplissement.

L’arboretum

Lieu emblématique du projet, il donne une image pédagogique de l’éducation par la forêt. La nature est notre Terre-mère. Nous ne pouvons vivre sans en prendre soin. L’arboretum devient un lieu didactique de notre mission
commune : la coopération homme-nature.

Les cercles de chênes

Situés sur le pourtour de l’ancienne fosse à déchets, ces deux cercles de grands chênes forment le symbole de l’infini. Ils nous ouvrent à une autre dimension de la réalité : notre histoire s’inscrit dans la continuité. Ces deux circonférence de 400 mètres chacune – qui rappellent la longueur des performances humaines dans les stades d’athlétisme -, illustrent la recherche d’harmonie et d’émulation entre l’humain et son environnement. Des labyrinthes de buissons en leur centre apportent une dimension ludique sur le site tout en signifiant la complexité de trouver des issues constructives dans les grandes problématiques contemporaines.

La tour panoramique

Haute de 40 mètres, elle élève le visiteur dans des perspectives nouvelles sur le site mais également sur les enjeux du projet : prendre de la hauteur, s’élever, s’éduquer, rechercher l’harmonie homme-nature, faire œuvre de résilience, prendre conscience du pouvoir individuel et collectif pour changer et transcender nos actions et notre avenir..

L’ensemble constitue un site de valeur nationale et internationale, présentant l’histoire de résilience de ce lieu, les ressources naturelles locales, les savoir-faire traditionnels et le potentiel actuel et futur d’une école à ciel ouvert. Il véhicule un message d’espoir pour toutes les générations quant à notre recherche d’équilibre entre l’humain et la nature.

“La réussite de l’assainissement de ce qui fut une des plus grandes décharges industrielles de Suisse nous fait réfléchir à notre rapport à la nature, nous rappelle que prévenir vaut mieux que guérir et que la bataille pour l’environnement peut être gagnée. La tour, sur la ligne de partage des eaux Rhin-Rhône, nous fait prendre de la hauteur et mieux comprendre la nécessaire coopération par-delà les frontières toutes proches. Land Art contribue à fédérer les énergies positives, clé pour affronter le monde de demain.”

La Fondation Mémoire Art et Forêt Bonfol, créée en 2019 s’engage pour valoriser l’histoire d’un lieu emblématique et permettre une réflexion sur l’avenir.

LES AXES DU PROJET

Saisir l’opportunité de cette création architecturale et paysagère unique pour créer diverses offres concrètes en particulier selon les axes suivants :

Axe touristique

Des installations pérennes et innovantes donnent un souffle nouveau à Bonfol et permettent une expérience de visite unique. Bonfol devient un lieu touristique incontournable du Jura et de la Suisse. Le Site, propice aux amateurs du tourisme culturel et patrimonial, fera venir les adeptes du « tourisme de mémoire » (se caractérisant par sa finalité explicative de périodes de conflits, ainsi que par sa clientèle à la recherche d’un enrichissement culturel, historique et personnel) déjà présent à Bonfol avec le sentier du km0. Le tourisme de nature (étangs, balades) évident à Bonfol sera renforcé par du tourisme créatif et artistique (land art, poterie) et les amateurs de tourisme durable (écotourisme). Le projet Land Art redonnera du souffle au tourisme endogène (qui venait déjà se ressourcer à Bonfol) et attirera les excursionnistes (Bâlois, Français et Jurassiens) et des groupes.

Axe éducatif

Le projet possède une dimension pédagogique avec des propositions de visites guidées et l’accueil de groupes, écoles et entreprises.
– Le thème de la terre / sol sera transversal à chaque lieu pouvant être visité et sera expérimenté au travers d’ateliers (poterie), de discours (musée, site revitalisé). Un message destiné à toutes les tranches d’âge au sujet de la terre, de l’argile et de ses qualités intrinsèques leur sera proposé. Un accent particulier sera mis sur l’accueil d’écoles et des jeunes générations avec des activités participatives (cours et ateliers).
– Les thèmes de l’écologie et de la durabilité seront traités sur le mur en proposant de bonnes pratiques aux visiteurs individuels mais aussi aux publics de groupes comme aux entreprises.

Axe économique

L’augmentation du nombre de visiteurs et la création de nouvelles offres de loisirs renforcent toute la chaîne de valeur touristique et génèrent des revenus supplémentaires. La réalisation du projet (mur, tour et les forêts architecturées), devisée à 7,8 millions de francs, sera réalisée par des entreprises locales. Les aménagements complémentaires nécessaires à la bonne mise en tourisme du site sont estimés à 1 million de francs et bénéficieront directement à la pérennité économique du lieu. Ces investissements permettront de développer un environnement attractif pour l’implantation et la présence d’entreprises et de commerces sur le long terme, notamment en créant de nouveaux emplois dans le secteur des services liés à l’exploitation du projet (restaurants, hébergements, activités de loisirs).

Axe architectural

La mise en valeur du site par l’architecte de renommé international Mario Botta est une opportunité formidable pour la région. La prise de hauteur et la contemplation de la beauté naturelle retrouvée en montant sur le mur et en gravissant les 40 mètres de la tour a pour but de renforcer la motivation et le courage du visiteur à agir pour la planète et éviter de renouveler les erreurs du passé.

Axe historique

Le village rural et périphérique de Bonfol a été affecté par une pollution et un dégât d’image fort lié à sa décharge (pollution et décontamination). L’histoire du lieu est exploitée dans ce projet de revitalisation du site. Il permet de mettre en lumière les pépites touristiques de l’histoire du lieu, de les valoriser et d’augmenter leur attrait : Etangs des Princes-Évêques, km 0 de la Première Guerre mondiale, histoire de la poterie et de la céramique industrielle, présence de la famille Louis Chevrolet, etc.

Axe social

La coopération entre les différents acteurs de Bonfol est renforcée par le projet. Ils sont fédérés par une histoire commune à raconter à travers leurs différents regards. L’attrait du village en sera accru et amènera un plus grand afflux de visiteurs et une nouvelle clientèle à ses lieux de vie : bar, restaurant, commerces et hébergements. La création participative d’une place du caquelon sera une des opportunités d’associer la population au Projet. Cette dernière fait partie intégrante du projet et sera aussi sollicitée pour du bénévolat, concours d’idées, entretenir la mémoire des aïeux et des anciens, “science participative”, etc.

Axe événementiel

L’inauguration du site sera l’occasion d’une belle manifestation. Une biennale de land art est également prévue. Le site se prête à l’accueil d’événements. La projection de sons et lumières sur le mur en serait un point fort lors de manifestations.

Axe développement durable

Ce projet s’inscrit dans le mouvement de promotion du développement durable avec un concept de mobilité douce, d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. L’histoire racontée par le Site promeut la durabilité des activités humaines.

Axe spirituel

La reforestation du site a été pensée pour célébrer la résilience de la Nature et s’inspirer des liens ancestraux qu’unissent l’Homme à cette dernière dans le but de réfléchir à nos actes passés et envisager l’avenir.

Historique du site

^
1800-1900

La production de vaisselle à son apogée

^
1951

Céramique industrielle

^
1961-1976

Dépôt de déchets chimiques

^
1981

Infiltrations d’eau et fuite de polluants

^
2000

Assainissement ordonné par le Canton du Jura

^
2010-2016

Enlèvement des déchets

^
2011

Création de l’Association Escale Bonfol

^
2016

Décharge assainie

^
2019

Création de la Fondation Mémoire, Art et Forêt – Bonfol

En 1890, Bonfol compte 1340 habitants, on répertorie une vingtaine de fours et une cinquantaine de familles vit de la poterie

Dès 1951,
CISA (« Céramique Industrielle S.A. »), produit des planelles avec la terre extraite de la glaisière du village. Dès 1960, l’argile de qualité est épuisée et la glaisière ne peut plus être exploitée.

Selon les pratiques légales à l’époque, des déchets chimiques et pharmaceutiques sont déposés contre rétribution pour combler le trou laissé par l’exploitation de l’argile. La Basler Chemische Industrie,
BCI, exploite la décharge.

Le couvercle en argile laisse l’eau de pluie s’infiltrer et du lixiviat pollué se déverse, en trop plein notamment dans le ruisseau de Pfetterhouse, en France voisine. Le site est surveillé et un système de drainage et une
station d’épuration sont réalisés entre 1986 et 1995.

En 2000, la République et Canton du Jura ordonne la décontamination et
l’assainissement complet de la décharge industrielle de Bonfol (DIB).

Pour évacuer les fûts de déchets chimiques, 700 mètres de l’ancienne ligne ferroviaire (Bonfol-Dannemarie) sont rétablis, l’électricité est reliée, des canalisations, une nouvelle route et une halle d’excavation hermétique gigantesque sont construites.

Créée pour mèner bien l’accord conclu le 29 octobre 2007 entre la Commune de Bonfol et les entreprises de la chimie bâloise regroupées sous l’égide BCI, l’association Escale Bonfol est composée aujourd’hui d’une centaine de membres. (www.escalebonfol.ch)


Le projet Land Art concrétise un des 5 axes de développement que l’association Escale Bonfol conduit dans son action sur Bonfol. Il a pour but de revaloriser le site de l’ancienne décharge industrielle après son assainissement. La collaboration avec l’architecte Mario Botta vient donner un élan national et international à ce projet…

En 2016, 220 000 tonnes de déchets et de terre contaminée auront été
évacuées et l’assainissement exemplaire aura coûté 380 millions de francs.

La Fondation est créée et la recherche de fonds pour le projet Land Art est lancée. Des personnalités politiques, culturelles, scientifiques compose le conseil de fondation. Des personnalités de notoriété nationale compose également le comité de patronage de la fondation.

Historique du site

^
1800-1900

La production de vaiselle à son apogée

En 1890, Bonfol compte 1340 habitants, on répertorie une vingtaine de
fours et une cinquantaine de familles vit de la poterie.

^
1951

Céramique industrielle

CISA (« Céramique Industrielle S.A. »), produit des planelles avec la terre extraite de la glaisière du village. Dès 1960, l’argile de qualité est épuisée et la glaisière ne peut plus être exploitée.

^
1961-1976

Dépôt de déchets chimiques

Selon les pratiques légales à l’époque, des déchets chimiques et pharmaceutiques sont déposés contre rétribution pour combler le trou laissé par l’exploitation de l’argile. La Basler Chemische Industrie,
BCI, exploite la décharge.

^
1981

Infiltrations d’eau et fuite de polluants

Le couvercle en argile laisse l’eau de pluie s’infiltrer et du lixiviat pollué se déverse, en trop plein notamment dans le ruisseau de Pfetterhouse, en France voisine. Le site est surveillé et un système de drainage et une
station d’épuration sont réalisés entre 1986 et 1995.

^
2000

Assainissement ordonné par le Canton du Jura

En 2000, la République et Canton du Jura ordonne la décontamination et
l’assainissement complet de la décharge industrielle de Bonfol (DIB).

^
2010-2016

Enlèvement des déchets

Pour évacuer les fûts de déchets chimiques, 700 mètres de l’ancienne
ligne ferroviaire (Bonfol-Dannemarie) sont rétablis, l’électricité est reliée,
des canalisations, une nouvelle route et une halle d’excavation hermétique gigantesque sont construites.

^
2011

Création de l’Association Escale Bonfol

Créée pour mèner bien l’accord conclu le 29 octobre 2007 entre la Commune de Bonfol et les entreprises de la chimie bâloise regroupées sous l’égide bci, l’association Escale Bonfol est composée aujourd’hui d’une centaine de membres. (www.escalebonfol.ch)


Le projet Land Art concrétise un des 5 axes de développement que l’association Escale Bonfol conduit dans son action sur Bonfol. Il a pour but de revaloriser le site de l’ancienne décharge industrielle après son assainissement. La collaboration avec l’architecte Mario Botta vient donner un élan national et international à ce projet…

^
2016

Décharge assainie

En 2016, 220 000 tonnes de déchets et de terre contaminée auront été
évacués et l’assainissement exemplaire aura coûté 380 millions de francs.

^
2019

Création de la Fondation Mémoire, Art et Forêt – Bonfol

La Fondation est créée et la recherche de fonds pour le projet Land Art est lancée. Des personnalités politiques, culturelles, scientifiques compose le conseil de fondation. Des personnalités de notoriété nationale compose également le comité de patronage de la fondation.

Financement

Tout est prêt pour accueillir ce projet

  1. Les acteurs sont motivés,
  2. Le plan spécial et le permis de construire sont validés,
  3. Le financement est à finaliser !
  • 8,8 millions CHF pour réaliser le projet global.
  • 5,6 millions CHF pour réaliser la phase 1 (mur, forêt, infrastructures touristiques pérennes). La phase 2 sera concrétisée par la réalisation de la tour panoramique.
  • 2,2 millions sont déjà financés et 3,4 millions restent à financer.

Le montant de la phase 1 est à rassembler avant le 30 septembre 2021.

Selon les engagements juridiques en force, la Chimie bâloise devra remettre en état le site avec la déconstruction du mur, des voies de chemin de fer et la plantation de la forêt.

%

Phase 1

Budget de fonctionnement pérenne :

Selon l’étude réalisée par un bureau spécialisé en développement de projets touristiques et sur les bases statistiques connues dans le Canton du Jura, le site devrait attirer au moins 30 000 visiteurs par année.


En dehors de l’investissement dans la construction pour la réa¬lisation du site, le Canton du Jura peut attendre des retombées économiques touristiques induites de l’ordre de CHF 1,5 million par année, réparties sur l’ensemble de la chaîne (transport, res¬tauration, hébergement, activités,…).


Une course contre la montre : Le montant d’investissement de la phase 1 est à rassembler avant le 30 septembre 2021. Si ce défi n’est pas relevé, et selon les engagements juridiques en force, la Chimie bâloise devra remettre en état le site avec la déconstruction du mur, des voies de chemin de fer et la plantation de la forêt.

Un grand merci pour votre soutien

Banque Cantonale du Jura – 2900 Porrentruy
IBAN : CH95 0078 9100 0035 5110 2
Fondation Mémoire Art et Forêt – Bonfol
Sur la Place 95 – 2944 Bonfol

Membres de la fondation

Pierre-Alain Fridez
Coprésident,
Conseiller
national depuis 2011, Médecin

Yannis Cuenot
Coprésident,
Citoyen de Bonfol, Agent pastoral de l’Eglise catholique, Thérapeute de couple.

Fernand Gasser 
Vice-coprésident, 
Maire de Bonfol,  Agriculteur.

Gabriella Matéfi
Vice-coprésident,
 
Présidente de la Cour d’appel du Canton de Bâle, ancien membre
du Conseil de la Bourgeoisie de Bâle,

Jean-Maurice Maitre
Trésorier, 
Expert comptable
retraité, Président de divers conseils
d’administration, association et de sociétés anonymes,

Pierre Lachat
Secrétaire,
Président de tribunal
retraité depuis 2013. Membre du Comité directeur, puis Président central de la Société jurassienne d’Émulation.

Marcos Buser,
Géologue spécialiste dans la gestion des déchets spéciaux et du nucléaire, Expert pour
le marquage des sites de stockage.

Jean-Rodolphe Frisch,
Maire de Pfetterhouse, Haut-Rhin (FR).

Jean-Paul Gschwind,
Conseiller national depuis 2011, Vétérinaire, Président de la Fédération suisse
du cheval Franches-Montagnes.

Felicitas Holzgang,
La Potière de Bonfol, Maître céramiste diplômée, Conservatrice du musée de la Poterie et présidente de la Fondation de la
poterie de Bonfol.

François Lachat,
Président de la Constituante de la République et Canton du Jura, Ministre du Gouvernement Jurassien de 1979 à 1995, Conseiller national de 1995 à 2003.

René Longet,
Président de la commission d’information et de suivi de l’assainissement
de la décharge de Bonfol de, Expert en développement durable, Conseiller
national 1982-1991.

Charles Juillard,
Conseiller aux Etats depuis 2019. Ministre des finances du gouvernement jurassien de 2006 à 2019.

Membres du comité de patronage :

Elisabeth Baume-Schneider, Conseillère aux Etats et ancienne Ministre RCJU – Stéphane Babey, Maire de Alle et Président du Syndicat Intercommunal
du District de Porrentruy (SIDP) – Christoph Brutschin, Conseiller d’Etat du Canton de Bâle-Ville – Bernard Comment, Ecrivain – Jean-Marc Comment, Président ATE Jura – Tim Cuénod, Président commission région 3 pays – Jean-Pierre Egger, Ingénieur agronome, ProNaturaJU – Martin Forter, Géographe et expert des sites contaminés – Claude Hêche, Ancien conseiller aux Etats et ancien Ministre RCJU – Jean-Denis Henzelin, Conseiller communal de Bonfol et ancien maire de Bonfol – Georges Humard, Président de la chambre de commerce RCJU – Beat Jans, Conseiller national – Guy Morin, Ancien maire de la ville de Bâle et ancien chef de l’Exécutif cantonal de Bâle-Ville – Yves Petignat, Journaliste, ancien délégué à l’information RCJU – Bertrand Piccard, Expert en innovation, aventurier – Michel Probst, Ancien Ministre RCJU, Promoteur de la Culture – Jean-François Roth, Ancien Ministre RCJU – Ancien président de SuisseTourisme – Felix Rudolf von Rohr, Réalisateur de l’émission « in dubio pro regio » de Telebasel – Laurent Schaffter, Ancien Ministre RCJU – Anne Seydoux-Christe, Ancienne conseillère aux Etats – Varuna Singh, Ancienne journaliste, Attachée aux affaires fédérales – Gabriel Voirol, Maire de Porrentruy et président du parlement RCJU 2019 – Stéphane Voisard, Avocat.

Documentation

Documents intéressants

Article sur la ligne ferroviaire Porrentruy – Dannemarie
Film “C’est arrivé près de chez nous“, 

Reportages

Le 25 avril 2017
Une tour de 40 mètres à Bonfol? C’est signé Botta!“, (1’28’’), 
Le 23 janvier 2020,
Bonfol: le projet architectural pourrait voir le jour si…“, (1’23’’), 
Le 24 juin 2020,
Le projet Land Art recherche CHF 3,8 millions“, (1’12’’), 

Contact pour la recherche de fonds :
Aliette Freléchoz
Coordinatrice de la recherche de fonds
TalentisLAB c/o Jura Tourisme
Place du 23-Juin 6, CH-2350 Saignelégier
aliette.frelechoz@talentislab.ch
+41 (0) 32 432 41 55

 



Contact auprès de la Fondation
« Mémoire, Art et Forêt –– Bonfol » :
Cuenot Yannis – Coprésident
Sur la Place 95
CH-2944 Bonfol
yannis.cuenot@landartbonfol.ch
+41 (0) 76 332 29 44